Partagez | 
 

 Licinus Avery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Licinus Avery


avatar


Messages : 4
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Licinus Avery   Jeu 18 Aoû - 19:57


AVERY
LICINUS




Pièce d'identité

feat. Tom Hiddleston
Nom: Avery, nom qui en son temps pouvait se permettre de se qualifier de 'glorieux', mais ce nom était tombé dans la désuétude, enchainant dettes sur dettes, perdant de sa superbe et de sa nature prestigieuse. Cette famille n'est plus que l'ombre d'elle même, une sorte d'aristocratie s'attachant avec désespoir à son ancien nom comme pour ne pas perdre ces privilèges d'une 'noblesse', d'un sang 'pur' et propre, le ridicule d'une famille qui se meurt. Licinus est le dernier et unique enfant de cette lignée et elle s'éteindra probablement avec lui…
Prénom : Licinus... Encore un surnom que l'on utilisait à l'époque romaine. Beaucoup de familles de sangs pur utilisèrent des noms romains, comme un phénomène de mode et les Avery n'échappèrent pas à celui-ci, nommant leur fils selon un vieux surnom peu usité. Tout de suite moins 'classieux' qu'un Regulus ou qu'un Lucius, certes..
Sexe : Masculin, indéniablement. Vous le voyez réellement porter des soutiens gorges ? Et puis, cela aurait été une honte pour son père que son unique enfant soit une fille, la famille Avery se serait éteinte avec le mariage de son enfant et elle aurait disparu des mémoires rapidement.
Âge : 36 ans
Date de naissance : 7 décembre 1960
Statut Marital : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
Ascendance : Sang pur, être de sang impur ou même sang mêlé aurait été une insulte insupportable pour la noble famille qu'était celle d'Avery.

Maison: Anciennement Serpentard.
Profession: Mangemort. Mais techniquement, il est employé au ministère de la magie.
Patronus : Inutile en son cas, les Mangemorts travaillent en collaboration avec les 'forces du mal' et tant qu'il se trouve à proximité d'un de ses collègues, il le laisse utiliser de lui même sa magie, c'est plus facile d'une certaine façon. Mais s'il devait absolument en avoir un, ce serait probablement un lièvre.
Forme de l'épouvantard : Le Seigneur des Ténèbres, les séances de Doloris, devoir reprendre du service du Mangemort et devoir payer sa lâcheté par d'autres séances de Doloris et de missions 'suicides' le rend encore plus nerveux que d'habitude et il faut dire que cet homme est loin d'avoir une ambiance chaleureuse et bon enfant autour de lui.




Votre histoire




La famille Avery fait partie de ces familles de Sang-Pur qui ont parsemé l'histoire de la sorcellerie anglaise. Pas forcément la plus connue, loin de là, ni même celle qui peut se targuer d'avoir le plus de marques de noblesse. Les Avery ne sont pas une famille de pauvres, ils ont toujours vécu aisément et de manière tout à fait conventionnelle pour une famille qui prônait les qualités et la supériorité du sang.

Les Avery des dernières générations étaient pour la plupart des hauts employés du ministère de la Magie, ou pour ceux qui ne suivaient pas la voie de la bureaucratie étaient devenus maître dans leur art. Certes ils n'étaient pas des personnes réellement importantes, mais il serait de mauvaise foi de dire qu'ils n'avaient pas leur place dans la société. Une belle place, s'il en est, ils avaient leur part du gâteau et il n'y avait pas à dire qu'ils vivaient de manière tout à fait correct.

Le père de Licinus, Avery Sr, était un contemporain du célèbre Tom Jedusor, de la même année, ils avaient fait leurs études ensemble et avaient étés tous les deux membres du club de Slughorn. Il deviendra évidemment plus tard un Mangemort, un des plus fidèles partisans du grand Mage noir que deviendra Voldemort. Avery Sr se mariera avec une autre demoiselle de sang-pur, une cousine germaine plutôt éloignée qui avait été promise à lui dès la naissance. On ne peut pas réellement dire qu'ils s'aimeront réellement du véritable amour lors de leur vie, mais leurs idées restaient les mêmes sur tous les points et ce mariage arrangé entre sangs-purs.

Licinus sera le seul et unique enfant de cette union.

    Le temps est assassin et emporte avec lui le rire des enfants.
      Renaud

Licinus est le genre d'enfants que l'on ne voit pas réellement, engoncé dans son costume de politesse et de dévouement, on ne lui tapotera amicalement la tête que lors des présentations et on l'oubliera là, juste une ombre légèrement posée sur le bord du fauteuil... Le dos droit, les mains sur les genoux en attendant une hypothétique permission de pouvoir se servir dans les petits gâteaux, de pouvoir parler afin d'énoncer avec difficulté une réplique apprise par cœur à la demande de la mère, une politesse ou de se vanter modestement d'avoir réussi quelque chose... Ou même, bonheur ineffable, de pouvoir quitter l'assemblée des adultes pour pouvoir aller jouer ou du moins pouvoir s'éloigner de cette atmosphère lourde et trop doucereuse pour un enfant.

On l'exhibait fièrement aux bals, conversations, parties de thés ou réunions chaudrons des familles en vue. Dès l'âge de deux ans, il se devait d'annoner les quelques politesses et mots que l'on lui avait appris pour que sa famille puisse être bien vu en public. Il fréquenta donc les enfants de son âge tel que Sirius Black, Théodore Nott, Rabastan Lestrange, Mulciber et tous ces enfants de haute famille qui étaient présentés lors de ce genres de réunions.

Comme tout enfant, il apprit en écoutant son père. Il était pour lui évident que tout ce qu'il disait était l'exacte vérité et, n'étant pas réfuté par les autres enfants de son âge ou son entourage, il se mit à y croire dur comme fer. Il ne détestait certes pas les moldus, n'étant qu'un petit garçon, il était tout aussi bien fasciné par eux que par le reste du monde. Mais il affectait avec application un certain mépris envers eux lorsqu'il se trouvait en compagnie afin de pouvoir être bien vu par les autres et leur montrer qu'il n'avait pour eux que de l'aversion, au mieux de la pitié. Il ne lui est que rarement arrivé de se retrouver seul en compagnie de moldus, sa mère ne l'accompagnant que rarement, son père n'étant que rarement là, il allait vagabonder dans la rue adjacente à leur 'manoir' et rencontrait de temps en temps ce qu'il semblait être bon de qualifier de 'pire engeance'.

Licinus ne leur parla jamais réellement, et quand quelques enfants jouaient dans la rue, il ne participa guère aux jeux. La punition encourue était bien trop dangereuse pour pouvoir se le permettre, alors il se contentait de regarder ces sans magie courir dans la rue avec leur ballon, leur cerceau ou imiter des chevaliers en mimant des combats avec des bâtons qu'ils avaient trouvé sous un arbre.

Il n'était pas malheureux, tout cela lui semblait normal, il vivait ainsi c'était tout. Après tout c'était pour son bien. Il n'allai pas à l'école publique, son éducation se fit à la maison. Sa mère lui apprenant à lire et à écrire et son père lui laissa la porte de sa bibliothèque ouverte, comptant tout d'abord sur la taille du petit garçon pour ne pas pouvoir toucher aux volumes les plus anciens et les plus fragiles. Avery alla souvent se promener dans le bureau de son père, déchiffrant quelques vieilles histoires avec difficulté, couché à plat ventre sur le tapis du bureau. Sa mère ne lui lisait ou ne lui racontait jamais d'histoire, il allait alors découvrir les choses dans les livres. Pour sûr qu'il ne comprenait pas grand chose et il oubliait généralement la plupart des choses dès l'instant où il refermait le grimoire. Mais cela lui faisait passer le temps lors des interminables après midi où aucun enfant n'était disponible et où le mot d'ordre de sa mère était de ne pas trainer dans ses pattes.

Bien qu'il lui arrivait de sortir dans la rue, il évitait dès les premiers froids et surtout ne se risquait pas à courir ou aller renifler une fleur. De l'avis de sa mère cela ne faisait pas noble et il déclenchait de suite après une crise d'asthme qui le fatiguait plus qu'autre chose. De santé fragile, il passa la plupart de son enfance enfermé dans la maison à attendre que les beaux jours reviennent ou que quelqu'un se souvienne de lui.

      Les enfants sont sans passé et c'est tout le mystère de l'innocence magique de leur sourire.
      Kundera


    Le sourire c’est la soumission.
      Rochette


“Tu iras à Serpentard, mon fils.”

L’enfance de Licinus avait été bercée par ces paroles. L’idée d’aller à Serpentard était pour lui tout à fait évident. Ils étaient tous allés à Serpentard, il était un Sang-Pur, toute sa famille était allé dans cette maison, il aurait été inconcevable qu’il aille dans une autre maison, n’est-il pas ? Aller à Poufsuffle ou à Gryffondor aurait été la pire des insultes pour sa famille entière, il aurait été renié bien avant d'avoir pu dire 'Quidditch'. Aller à Serdaigle aurait été une honte incommensurable, certes, mais ses parents ne l'auraient pas jeté de suite dehors. Comme tous les jeunes sorciers, lorsqu'il eut 11 ans, il reçu sa lettre de Poudlard lui certifiant qu'il était bien inscrit depuis sa naissance dans la plus grande école de magie d'Angleterre.

Alors évidemment pour lui, il ne se faisait pas de soucis pour son avenir, il suivrait la voie de son père, marcherait dans ses pas et ferait exactement ce que celui-ci avait fait avant lui. Son destin était tout tracé et celui de ses enfants le serait probablement aussi. Ainsi va la vie. Comme tous les jeunes sorciers, il acheta sa première baguette chez Ollivander et attendit avec impatience la rentrée pour pouvoir retrouver ceux qui seraient ses camarades de Serpentard, tout fébrile de quitter son chez soi pour autant de temps. Il n'était jamais partie de chez lui plus de quelques jours et ses parents ne seraient dorénavant pas sur son dos à longueur de temps, il allait pouvoir faire de la magie, montrer qui il était.. Il allait à Poudlard, par Merlin.. !

Il retrouva là bas des enfants avec lesquels il avait grandit, des familles de sang-pur bien évidemment. Pour eux également il était évident qu’ils iraient à Serpentard. Licinus étant l’un des premiers dans l’ordre alphabétique, il fut donc également l’un des premiers à passer. Il serait de mauvaise foi de dire qu’il n’était pas effrayé. Penser qu’il pouvait malgré toutes les attentes de son père aller dans une autre maison que les Serpentards le terrorisait. Et puis il n’avait pas l’habitude d’être le sujet d’attention d’autant de personnes. Généralement pas plus de 5 personnes lui avaient accordé de l’attention en même temps, et ce genre de petit comité était essentiellement composé d’enfants.

Après quelques secondes, alors qu’on lui avait posé le Choixpeau sur la tête, le petit Avery complètement recroquevillé sur sa chaise croisait les doigts en répétant mentalement le nom de la maison qu’il visait, qui sait, peut-être cela aurait-il influencé le destin. Le Choixpeau sembla hésiter deux ou trois secondes avant d’hurler un tonitruant SERPENTARD. Licinus enleva le Choixpeau, trébucha et se dirigea vers la table qui serait sienne pendant 7 années sous les applaudissements de ses camarades.

A sa grande surprise Black fut envoyé à Gryffondor, alors que tous ceux qu’il avait fréquentés les années précédentes le rejoignirent à la table du serpent. Parmi eux, un garçon qu’il ne connaissait pas, un certain Severus Rogue. Celui-ci, avec Mulciber, deviendra son plus proche ami lors des 7 années qu’il passera à Poudlard. Licinus n’était pas un mauvais élève ou un cancre, loin de là. Il s’appliquait à travailler et faisait des fois plus que le nécessaire. Mais il lui fallait également l’approbation des autres élèves de son âge. Il s’intégra donc de temps à autre au groupe de Serpentard qui s’opposa aux célèbres Maraudeurs.

Licinus ne faisait pas partie de chaque expédition, bien trop peureux et souffreteux pour faire des batailles rangées, préférant s’attaquer à des proies plus isolées comme Mary MacDonald, ou d’autres élèves de Gryffondor. En dehors de ce genre d’incident, Licinus était un adolescent calme et posé qui relevait plus du mouton avec un humour douteux que du chef de troupe qui conduisait les troupes. Comme Mulciber, il n’appréciait pas particulièrement Lily Evans, la jeune Gryffondor leur volait constamment l’attention de Rogue, qui, même s’il n’était pas totalement dans l’idéal Serpentard, restait proche d’eux. Mais il ne fit jamais rien contre celle-ci, se contentant de la mépriser de loin, ne voulant pas avoir à faire avec Severus.

A la plupart des vacances, il restait à Poudlard, n’appréciant pas particulièrement de retourner s’enfermer dans la maison familiale. Certes il avait de quoi s’occuper et maitrisait suffisamment la magie et ses éléments pour comprendre les livres de son père. Mais il n’avait pas cette amitié, ce sentiment d’appartenir à un groupe dans lequel son avis restait une voix et non pas des jérémiades qu’on écartait d’un geste de bras. Lorsqu’il rentrait l’été, il se dépêchait d’essayer de voir Mulciber ou d’autres jeunes de son âge. Rogue n’étant pas ou peu disponible l’été. Bien sûr, il était inconcevable de continuer à fréquenter Sirius Black. Mais lorsque les familles de Sang-Pur se rencontraient, il restait le jeune Regulus, qui, bien que plus jeune, restait fréquentable selon les idéaux de leurs parents.

Bien évidemment, il suivit les traces de son père lorsqu’on lui demanda quel métier il envisageait de faire. Travailler au Ministère de la Magie, probablement dans le département des Mystères, ou au département de la Justice Magique. Ce n’était pas réellement précis dans ses pensées. Bien sûr il avait les capacités pour, du moment qu’il continuait de travailler et de s’intéresser à ses cours. N’étant pas un grand fervent de Quidditch ou de collection d’objets magique, il y’avait peu de chances qu’il soit distrait par ce gens d’hobbies.

Avery obtint ses B.U.S.E.S et ses A.S.P.I.C.S. de la manière dont il l’espérait. Ses années Poudlard resteront comme pour beaucoup ses plus belles années. Plutôt insouciant et n’ayant pas à s’inquiéter du futur ou du reste autre que ses notes, de ne pas se faire attraper tout seul par un Gryffondor ou de faire attention aux Levicorpus.
    Parfois il est bon de se rendre compte que nos ennemis sont les seules personnes à qui on peut faire confiance. Ceux là ne nous ont jamais trahis puisqu'ils nous ont toujours détestés.
      Unknow

    On peut sourire et sourire et pourtant être un scélérat.
      Shakespeare


En bon fils, Licinus rejoignit les idéaux de son père, les Mangemort. Oh, bien sûr il y croyait, tout ce qui se passait, tout ce qu’ils disaient avaient plus qu’un fond de vérité pour lui. Il avait été endoctriné là dedans depuis sa plus petite enfance. Il fit la fierté de ses parents lorsqu’il reçu la marque des Ténèbres. Et il retrouvait là bas la plupart de ses camarades de classe ou d’autres élèves de Serpentard qu’il avait croisé de près ou de loin lors de ses années d’étude. Les Serpentards avaient pour la plupart mal tourné, mais il y avait aussi d’autres maisons, plus rare certes, mais ils existaient. Du moment qu’ils avaient les pré requis pour pouvoir bénéficier de la marque sur leur avant bras.

En parallèle, Licinus entra au Ministère de la Magie où il reprit le chemin de sa famille. Il était un bon fils, un bon héritier. Il avait même été promis à une jeune demoiselle d’une famille de Sang-Pur. Il n’eut malheureusement jamais le loisir de se marier et de former une famille comme il l’aurait souhaité. La jeune femme mourut avant de dépasser les 18 ans. Etant un mariage arrangé, Licinus ne fut pas totalement dévasté. Il ne la connaissait que peu et surtout de loin, il avait toujours préféré trainer avec Mulciber ou Rogue qu’avec sa fiancé. Ce n’est pas pour autant qu’il ne lui avait jamais parlé, mais on ne peut pas dire qu’il avait fait d’elle plus qu’autre chose qu’un statut dans son esprit.

Depuis il n’a pas cherché à se remarier malgré les quelques propositions qu’on put lui faire. Non pas par réel attachement à celle qui lui était promise, comme dit précédemment il ne la connaissait pas plus que cela. Mais il ne trouva pas celle qui aurait pu lui convenir, ou autre contraire, la demoiselle était déjà prise ou n’était pas intéressée par le caractère mauvais et la situation du jeune homme. Les Mangemorts n’étaient pas encore au pouvoir même s’ils semaient déjà la terreur dans le monde magique.

Pendant toutes ces années, il continua d’alterner entre son rôle au ministère de la Magie et son rôle de Mangemort. Son père mourut lors d’une mission que lui confia Voldemort, à un âge tout à fait honorable pour un serviteur du mal qui vivait aussi dangereusement. Son père était la personne qu’il appréciait le plus dans sa famille, sa mère étant relativement distante avec lui, mais il n’alla pas se morfondre sur sa tombe. Il lui arrive de temps en temps d’aller le voir, de parler rapidement et en quelques mots de sa vie comme il le ferait avec son chat et de repartir aussi rapidement. Sa mère quand à elle a continué à mener son train de vie comme si de rien n’était, ne changeant pas réellement.

    La peur n'est pas le pire. L'atroce, c'est la honte de se regarder succomber à la peur.
      Gelinas

    A avoir été trop lâche, on se retrouve isolé, esseulé, sans foyer. On est cerné des deux côtés
      Unknow

<< Je suis né il y a... longtemps maintenant ? Je n'ai pas envie de compter les années, tu peux comprendre cela, toi, je pense... non ? On se connait depuis un petit bout de temps maintenant, on a passé un petit bout de notre vie ensemble, partagé de longues soirées ennuyeuses à se regarder en chien de faïence parce qu'aucun de nous ne savait quoi faire de nos soirées longues et monotone après avoir mangé... Je ne dis pas que je n'aimais pas ce genre de soirées, tu le sais aussi bien que moi. Au final, une vie tranquille et monotone est toujours intéressante, on arrive à trouver de petits plaisirs, loin des grands moments d'adrénaline de la vie de génie du mal... Enfin, génie, tu comprends ce que je veux dire, je ne parlais pas de moi, plutôt de Tu sais qui. Le Seigneur des Ténèbres... je n'étais et ne suis qu'un sbire, un pion à sacrifier s'il le faut, juste un de ses serviteurs marqué de plus. Je le suis toujours d'ailleurs. Je ne dis pas que cela ne me plait pas, je ne dirais pas non plus que j'adore cela.. Je pense que je suis entre les deux. Oh, bien sûr, je fais partie de ses plus proches fidèles. A mes dépends probablement. Je ne l'ai jamais cherché, jamais. Certes j'ai toujours eu un penchant pour les Arts Sombres, ma famille étant ce qu'elle est. Et moi, étant un bon fils à papa, je fais ce qu'on me demandait de faire.

Je ne sais pas si tu comprends ce que c'est, toi, avoir peur constamment de sentir cette marque te brûler, de savoir que tu es appelé à ses pieds pour pouvoir les lui embrasser et se faire torturer, tu ne sais pas toi, tu ne sais pas ce que c'est qu'avoir peur de ne pas rentrer et ne pas te voir à m'attendre, là... Tu ne sais pas ce que c'est... Malheureusement. Je pense que je me suis toujours considéré comme chanceux, je ne suis pas né aveugle, sourd, muet, complètement idiot ou dans le véritable besoin. Je n'avais que des parents distants et qui ont toujours préféré leur hibou, Gildas, à moi.... Cette affection que je pouvais voir des autres mères pour leurs enfants me faisait un vide, un drôle de vide, avant de me faire rentrer à coups de claque par ma mère parce que j'avais osé aller regarder des moldus dans la rue. A coups de claque contre les murs et enfermé à clef dans le placard avec l'elfe de maison... j'avais une peur bleue de ce vieil elfe qui ne servait plus à grand chose à part errer dans la maison en trainant derrière lui un chiffon pour ramasser la poussière et à marmonner vaguement des phrases inintelligibles, quand mère en avait assez de trébucher sur lui, elle l'enfermait dans le placard et allait râler auprès de père quand celui-ci rentrait du travail.

Je n'ai qu'un vague souvenir d'enfance de mère, je me souviens surtout du chignon strict tiré sur la tête, de la bouche toujours pincée, de ses yeux d'un bleu dérangeant et de sa manière incroyable de marcher, quelque chose d'effrayant, avec la main légèrement relevée. Elle avait également une manière horrible de rire, un rire sans joie, avec la main devant la bouche, un peu trop aiguë et surtout le regard meurtrier qui fusillait du regard. Maintenant elle n'est plus qu'une vieille femme qui peine à marcher jusqu'à son fauteuil après s'être levée du lit, cherchant sans cesse des fantômes du passé et des personnes à invectiver, des personnes souvent morte, souvent éloignées depuis longtemps, des sœurs qui n'habitent plus à Londres, des amis de la haute société... Elle continue à agiter la main dans le vide, le regard perdu au delà des personnes qui l'entourent.

Père... père est celui qui m'a poussé à entrer au service du Seigneur des Ténèbres, je l'admirai tellement et il me faisait tellement peur... Toujours à crier, toujours à se vanter de son adolescence avec celui dont le nom n'est plus prononcé de peur d'être foudroyé sur place. Tu sais qui... Je crois que j'étais fier de cette marque parce qu'il était fier de moi, content que je prenne sa relève, qu'une preuve de sa loyauté soit encore prouvée. Oh que oui, j'étais fier, de plus je n'étais pas le seul, je connaissais ceux qui étaient également des 'Mangemorts'. Je venais juste de finir mes études à Poudlard où je n'avais pas forcément été le meilleur, j'ai eu mes examens, mais je n'étais pas à la hauteur de l'attente d'excellence divine de mes parents, je pense qu'avoir une moyenne de EE était suffisante, mais non, il y avait eu des meilleurs notes dans la petite société que s'était forgée ma mère elle j'étais pour elle une nouvelle honte, une nouvelle honte de ne pas être le meilleur... Si j'avais été un Serdaigle, j'aurais probablement compris, mais ils détestaient ces êtres, je me demande ce qu'ils m'auraient fait si je n'avais pas été à Serpentard comme tout le reste de la famille... Comme ce Black... ? Sirius ? Banni de la famille pour Hauuuuute trahison ?

Je me sentais bien à Serpentard, j'avais des amis, enfin.. Je me contentai de suivre d'un pas prudent la Bande à Serpentard, préférant m'éclipser quand cela devenait trop dangereux ou prétendre une crise d'asthme quand je devais faire mes preuves à certains niveaux... Rogue, Mulciber, les autres Serpentards. Bien sûr, il fallait répéter sans cesse les maximes de vivre de mon père, à l'époque j'étais entièrement d'accord avec lui, je voulais le croire, je devais le croire... Et cela était juste auprès de mes 'camarades'... J'aurais pu être heureux, tu sais ? Avec deux véritables amis, mais il a fallu que les Maraudeurs et la Lily Potter gâchent tout, je détestais cette fille, elle nous piquait Rogue, disait du mal de nous alors que nous nous défendions seulement des ... bon, d'accord, on cherchait également la bagarre, mais ce n'était pas de ma faute et c'était toujours moi qui était visé par ses piques et non Mulciber ou autres Serpentards... Et je ne pouvais pas ouvrir la bouche... Severus veillait au grain... Et puis ce n’était pas réellement ma faute pour Mary MacDonald. D'accord, j'ai un peu participé pour cette fois là, j'admets que j'ai bien ri avec les autres... mais je n'étais pas l'instigateur, ni celui qui avait causé plus de mal. J'avais certes l'humour le plus tordu, Mulciber était celui qui agissait.

J'étais souvent raillé pour mes crises d'asthme, je ne cessais d'être plié en deux à cause de mes allergies, le printemps était loin d'être la joie, je devais aller souvent voir l'infirmière, qui était, on se le dit, un peu plus qu'effrayante avec sa démarche que Crabbe et Goyle imitent à la perfection... Je ne sais pas comment t'expliquer tu sais... Enfin, c'est pas comme si tu cherchais à comprendre... Oui, tu n'en as rien à faire, je sais, arrête de me regarder avec cette mine, ça me dérange... Mais ce soir il fallait que je t'en parle. Ouvre les yeux, bon sang !

...

...

Tu me fais penser que je devrais peut-être aller me coucher, je ne sais pas pourquoi je te parle, tu ne m'écoute pas. Tu n'es pas le premier après tout.. Je me souviens de celle à qui j'étais promis, une sang pur évidemment, qui d'autre aurait pu convenir à l'élite des mes parents ? De toute façon, je ne me marierais jamais avec une personne qui n'a pas un sang complètement pur, ça ne se fait pas. Ils sont tellement écœurant ces sangs de bourbe... Et puis elle est morte.. Je n'avais que 25 ans après tout, je voulais vivre ma vie, avoir une fille... ou un fils, une femme, un bon boulot et mourir heureux entouré de plein de petits enfants... Oui, je sais c'est ridicule, mais j'aurais tellement aimé pouvoir avoir un enfant, veiller sur lui, sentir que je n'avais pas vécu pour rien.... ce n'est pas grave au final... Je serais juste le dernier Avery de cette famille, je n'ai pas suivi l'idéologie consanguine de mes ancêtres, peut-être aurais-je dû finalement ? Faire ce que l'on attendait de moi, obéir, devenir le petit monsieur parfait aux yeux de ces parents qui ne m'ont jamais trouvé à la hauteur de leurs attentes.... Oui, je me plains, oui, c'est vrai, j'aurais pu avoir une vie bien pire, des parents morts, absents, pauvres... Enfin, pour le pauvre... C'était plus ou moins le cas.

Tu as dû remarquer que j'étais également pauvre, j'ai un salaire qui ne suffit pas à entretenir mes parents et moi, apparemment. Enfin, j'ai encore de l'argent, là n'est pas le problème......... Quoi que... ça va être sûrement rapide au train où vont les choses. Ou dans une tombe six pieds sous terre. Enfin, j'espère au moins avoir le droit d'être enterré. Ou quelque chose dans le genre... Enfin, je ne devrais pas me plaindre, j'ai un bon boulot au Ministère de la Magie, et le fait d'être un Mangemort me procure quelques avantages que d'autres n'ont pas, il est vrai que de ce côté là je ne devrais vraiment pas me plaindre, ce serait puéril et surtout de mauvaise grâce par rapport à mon allégeance, ce qui serait tout à fait mauvais et ne serait pas vrai..Ahah... Bouge bon sang, rien qu'un petit mouvement, ça m'aiderait...

Ahahaah... Je suis ridicule... pathétique... j'ai encore fui, je n'ose rien affronter en face, j'arrive juste à pleurer et supplier. Cela me fait peur, quand est-ce que sera la prochaine fois que je me roulerais au sol en hurlant, suppliant mentalement que tout cela s'arrête, que ma vie s'arrête. J'ai vu pour les Londubat, je ne veux pas finir comme eux, non, vraiment pas. Ils doivent être plus ou moins heureux maintenant mais...... Oui, c'est ça, je devrais peut-être m'occuper sagement de ce que l'on me demande de faire et arrêter de me faire remarquer pour mes idioties et ma couardise... Je sais, je me le suis dit si souvent, mais je ne peux pas décemment oser m'aventurer en face à face avec la mort. Je ne suis pas courageux, je l’admets, je suis loin de ça, je tiens à la vie, je tiens à ma petite vie minable et sans surprise où mes plus grandes montées d'adrénaline est quand le pain risque de tomber du côté du beurre... Je n'aime pas trop être au milieu d'un combat, j'ai toujours préféré utiliser l'Impérium qu'un Doloris ou qu'un Kedavra... Je suis bien loin des duels et des coups de baguettes lancés à toute vitesse.. Pas que je ne sache pas me débrouiller avec une baguette, mais je n'aime pas la sensation de pouvoir être touché dans le dos à la moindre occasion..

Je n'ai jamais eu de succès auprès des femmes, trop nerveux, pas mignon, mangemort, mauvais, avec un sens de l'humour trop tordu.., trop peureux... Je peux continuer, il y a des femmes qui te le disent avec délicatesse et les autres qui vont droit au but sans avoir peur d'écraser tout sur leur passage en déchainant un ouragan de parole. J'aime les femmes, les femmes fortes, je veux dire. Pas ces jeunes filles qui n'arrêtent pas de crier en pleurant, qui rigolent comme des chouettes et passent leur temps devant les magasins... Non, je ne cherche pas l'amour, j'admire juste ce côté inconnu de l'être humain. Rien d'intéressant de ce côté là de toute façon, elles ne m'aiment pas, elle. Toutes, mère, les autres... Juste des faux sourires, des faux semblants, comme d'habitude.

Je ne sais même pas pourquoi je parle à un stupide chat comme toi... je vais te donner à manger et aller me coucher en espérant que cela reste comme ça pendant encore de longues années... >>



Descriptions




    L'art d'un héros consiste aussi à savoir n'en être plus un. A comprendre que le jeu - et les enjeux - ne sont plus les mêmes, et que vous n'avez pas forcément votre place dans le panthéon des surhommes de la relève.
      Watchmen
On ne qualifie pas quelqu’un par quelques adjectifs et quelques jolis mots, malheureusement. Si l’on souhaite comprendre quelqu’un dans toute sa complexité, il faudrait probablement y passer des jours, comprendre tous ses souvenirs et ceux qu’il a oublié, tout ce qui l’a forgé et toutes les petites choses qui font qu’au final, il ne fait qu’un et qu’il n’est pas un amoncellement de qualités et de défauts avec des noms qui ne veulent rien dire. On ne peut pas juger un homme par un mot, car l’homme change et la signification du mot également.

Nous ne naissons pas comme nous sommes, à la naissance, chaque enfant à toutes les chances devant lui, parfaitement blanc. Nous ne choisissons pas l'endroit où nous naissons, mais l'égalité est la même sur le point de l'innocence. Aucun gosse ne nait foncièrement mauvais ou angélique, ce sont les années, la vie, la famille, les embrouilles, tout ce que nous faisons est un pas vers une destination, remplissant la balance qui penchera inévitablement d'un côté ou d'un autre, dès la naissance, la vie peut nous promettre un avenir douloureux, qui nous forcera peu à peu a abandonner nos valeurs, sans que la conscience ne soulève les mauvaises actions ni même ne les regrette.

Licinus n'a pas échappé à la règle, étant encore tout môme il était insouciant, heureux, innocent, ce fut les dérives de son pays natal au fil des années et les coups et bousculades des autres enfants et de ses parents qui firent de lui un enfant désabusé, mélancolique, haineux et emporté par la moral et la conscience commune des petites gens. Les déboires de sa famille et les discours extrémistes de son père à propos des sangs de bourbe ne firent qu'achever ses dernières barrières et brisèrent sa foi envers l'humanité telle que la voyait un gosse qui naissait en temps de prospérité. Depuis ce temps, il est quelqu'un de peu loquace qui ne participe que peu aux conversations, il parle peu, reste dans l’ombre et se contente d'obéir à ce que l'on lui dit de faire.

Une plaie, oui. Une véritable plaie pour tout un chacun. Toujours à sourire, toujours là à s'exprimer et à critiquer tout et n'importe quoi, il en devient vite hargneux et ne se préoccupe pas de l'opinion de son interlocuteur. Il est le genre de type qui met de l'eau dans son vin, prêt à retourner sa veste au moindre problème et à poignarder son meilleur ami dans le dos si cela lui permet d'en retirer quelque chose. Neutre à la plupart des conflits qui secoue n'importe quel endroit, il lui arrive pourtant de se mêler de certaines intrigues afin d'envenimer la situation et pouvoir admirer la déchéance d'une personne qui l'avait rabroué de manière trop vive, qui l'avait blessé ou avait tenté de lui faire du mal. Il sait tout sur ce qui se trame, mais n'y participe pas. Il ne prend pas parti, tant que cela ne concerne pas une attaque sur sa famille, et dans ces cas là, il se contente de témoigner mollement son allégeance avant d'aller se réfugier loin de toute joute verbale ou de toute bataille. Il aime regarder les luttes intestines et les alliances provisoires qui se forment afin que tout un chacun puisse mieux attaquer dans le dos son ancien ami, d'ailleurs il n'est pas rare qu'il soit l'un de ceux qui ait envenimé la situation.

Invivable, oui. Sarcastique, moqueur, railleur, c'est bien lui. Enfin, il est quelqu'un qu'il vaut mieux ne pas avoir à proximité de chez soi. Toujours à chercher le petit bout, ce qui ne va pas avec un méticulosité toute propre à lui. Il s'exprime toujours avec un aplomb et un sérieux qui font passer tous ses sarcasmes pour des phrases réelles, des mots fait pour blesser et non pour se moquer de manière presque gentille de quelques défauts visibles.

Brutal, frustre, mauvais... N'importe quel personne qui se contente de vivre pourrait le qualifier ainsi, une longue suite détaillée de défauts, on ne tarit pas de méfaits qu'il aurait commis. Une monstruosité s'est produite quelque part ou dans les environs ? Aussitôt quelques sorciers et autres seront prêt à lancer des bruits de couloirs, des ragots sur lui. Licinus fait fi de ces murmures, les gens peuvent bien casser du sucre sur son dos, ce n'est pas ce qui va le pousser à faire un grand sourire et jouer avec des enfants en distribuant son argent aux gueux dehors. S'ils sont gueux... et bien tant pis pour eux ! Non, il n'ira pas frapper quelques inconnus qui auraient pu l'insulter, il se contente de les mépriser et de les regarder de haut avec du mépris dans la voix et quelques mots méchants à disperser. Heureux les faibles d'esprit comme qui dirait. Mais il ne fait pas dans la dentelle quand il s'adresse à quelqu'un.

La morale n'est pour lui qu'une belle parole parmi tant d'autres mots que les diverses langues usitées sur Terre, un mot illusoire, creux, juste bon pour rassurer les gens et les plonger quotidiennement dans un monde fabriqué de toutes pièces et qu'ils essayent de ne pas voir. Comme la plupart des gens regrettant leurs actions, Licinus est quelqu’un rongé par la peine, le regret et inévitablement la rancœur… il n’est rien de plus qu’une âme brisé qui a conscience d’avoir perdu tout espoir de revoir un jour le monde avec les yeux d'un enfant, avec innocence. Marqué à jamais, il n'oubliera jamais les atrocités, préférant les enterrer sous des décombres de sa pitié et en faisant face au monde avec pour air de dire :'Tu vois, tu m'as frappé, meurtri, blessé, mais je tiens encore debout...'. Tout cela n'est que façade, boutades, rires, fausses amitiés, ils savent tous que la vie ne sera plus jamais la même. Il se plait à rire des gens et déteste facilement.

Il est loin d'être un rêveur, il a les pieds sur terre et connait ses capacités, veillant a ne pas trop en demander a son corps, sachant a peu près ce qui lui serait fatal ou non. Même s'il doit tuer des dizaines de personnes de sang-froid, il n'hésitera pas tant que la sienne est sauvée. Il a malgré tout encore de nombreuses arrières pensées, lui arrivant de cauchemarder sans cesse à propos des cris d'une des victimes des Mangemorts, des cris de douleur dont il était la cause, les visages tordus, les mains crispés, les convulsions des êtres qui n'allaient pas tarder à mourir après avoir subit les plus horribles douleurs. Ce n'est pas le geste en lui même qui le dérange, pas du tout. Cela le fait même rire.. Mais plutôt l'idée que lui aussi, peut-être, sera cet homme ou cette femme qui se roule sur le sol en hurlant de douleur.

Licinus n'est pas l'archétype même du bon chien de garde prêt à tout pour protéger son chef, s'offensant des moindres insultes que l'on pourrait faire à propos de son seigneur et maître, loin de là.... Enfin, il lui arrive de défendre le bon Lord Voldemort, mais de son avis, celui-ci est bien assez grand pour se défendre verbalement de lui même aux insultes que l'on profère contre lui. Si l'on voulait faire simple et qualifier stupidement Licinus avec un seul mot, ce serait probablement 'fidèle'. Non pas la fidélité aveugle et stupide qu'ont la plupart des soldats envers leur souverain, loin de là.

Licinus est le genre de personnes qu'on ne connait pas et auquel pourtant on pourrait penser qu'il reste un soupçon d'espoir, d'humanité en lui. Une étincelle qui lui permettrait de remonter sur le droit chemin, celui de la bonté et de l'amour. Il ne suffirait que d'un modèle à suivre. Fadaises, Lic ne s'identifie en personne, même pas en travers d'un grand sang pur, non pas à cause de la condition de celui-ci, s'il ne s'arrêtait qu'à cela... mais tout simplement parce qu'il ne considère pas les pseudos vertus que s'arrogent les êtres humains comme des modèles à suivre. Il connait son statut, son 'égoïsme' d'homme et, même s'il ne s'en vante pas ouvertement, il n'a pas honte contrairement aux autres de le montrer quand quelqu'un tente de le faire passer pour ce qu'il n'est pas. La 'chevalerie', voler au secours de la veuve et de l'orphelin, certes, de jolis mots, mais il n'est ni chevalier ni prêt à sauver des gens qu'il ne connait pas tant que cela ne lui rapporte rien ou que cela surpasse sa qualité de 'courageux'.

Vivre de faux semblant, sourire, hypocrisie permanente, toujours faire croire que l'on aime, penser tout le contraire avec des yeux pétillants de bonté et d'amour, voilà l'une des seules choses que Licinus puisse vraiment faire sans faillir. La vie lui a appris que pour réussir à ne pas être dérangé et après avoir été accusé d'avoir fait le mal, il fallait savoir se faire tout petit et sympathique avec les gens autour de lui, il n'hésite pas à rendre service aux gens tant que cela n'entraîne pas de problèmes sur lui ou sur ses 'amis' qui sont, on peut le dire, assez susceptible et rapide de la gâchette.

Pleutre, couard, poltron, peureux, ces mots sont le reflet de son âme et de son caractère, ceux qui sont le plus connus de lui. La peur, l'hypocrisie, les faux sourire, tout cela fait partie de son quotidien, toujours faire croire ce que l'on est pas, toujours être terrorisé de ce qui pourrait se passer, arriver après. Il est lâche et il l'assume, il est toujours le premier à fuir, le premier à plier, à rompre et à supplier, le premier à trembler quand quelque chose ne va pas, il est rare de voir un homme plus nerveux, plus stressé, constamment agité de tics neveux. B-b-b-égayant sans cesse lors de ses moments de vive émotion, il se tord les mains, les doigts, se gratte la peau jusqu'à s'en faire saigner. La Peur, oui, la Peur.

Appliqué dans son travail jusqu'à la fixation, l'acharnement, il ne lâchera pas prise sur quelque chose tant que cela ne s'avère pas dangereux pour lui et sa petite vie misérable qu'il apprécie en somme toute. Vivre de faux semblant, sourire, hypocrisie permanente, toujours faire croire que l'on aime, penser tout le contraire avec des yeux pétillants de bonté et d'amour, voilà l'une des seules choses que Licinus puisse vraiment faire sans faillir.

Déloyal, c'est ainsi également que pourrait le qualifier le Seigneur des Ténèbres, déloyal. Licinusn'hésite pas à fuir quand la situation sent le roussi. Il ne reste que par crainte de la mort, par crainte d'être comme une de ces personnes qui n'avaient su choisir leur allégeance et qui avaient fini par fuir. Le danger est le même en étant pour ou contre le Seigneur des Ténèbres, mais il l'est encore plus quand on retourne sa veste. Alors Licinus se fait tout petit, tente d'obéir comme il peut et de faire ce qu'on lui demande. Et puis Lord Voldemort est le Maître, le Seigneur des Ténèbres et il lui doit fidélité et servitude. Pourtant moins il est proche du Lord, mieux il s'en porte, un petit tour de Doloris et puis s'en vont, hein. Il ne l'apprécie pas réellement, semer le mal, la destruction, détruire les Moldus et les Sangs-impurs, c'est bien joli, mais ce n'est pas ce qui l'intéresse réellement dans la vie. Loin du Maître, loin du cœur, comme on dit, hein.

    Ce soir là j’ai découvert que la plupart des êtres qu’on pense méchants ou malfaisant sont tout simplement très seuls... Et manquent de savoir vivre.
      Big Fish




IRL
Prénom ou pseudo : Frey
Âge : 17
Présence sur 7j : 7
Comment avez vous connu le forum? : Forumactif
Qu'est-ce qui vous a attiré? :
Le code :



Dernière édition par Licinus Avery le Mer 24 Aoû - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Licinus Avery


avatar


Messages : 4
Date d'inscription : 03/08/2011

MessageSujet: Re: Licinus Avery   Mer 24 Aoû - 20:42

Voilà. Alors tout d'abord désolée du double post. Ensuite toutes mes excuses pour le temps passé sur la fiche et j'vous remercie pour la patience dont vous avez fait preuve.

Donc j'pense avoir fini ma fiche, par contre, je ne savais pas si Avery Sr. pouvait être zigouillé, vu qu'il est injouable. Donc je l'ai tué, mais ce détail peut être changé rapidement dans mon histoire.

Merci beaucoup et encore toutes mes excuses. :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivy Palmer


avatar


Messages : 235
Date d'inscription : 06/07/2011
Age : 25
Localisation : derrière mon bureau

MessageSujet: Re: Licinus Avery   Jeu 25 Aoû - 10:25

Premièrement j'adore ta fiche mais ça je te l'ai déjà dit
Deuxièmement je me répéte encore ça fait très plaisir de lire une fiche de la sorte.
Troisièmement : excellent choix d'avatar. T'as vraiment bien été inspiré pour son physique.

Et dernièrement : je te prévalide. C'est pas trop tôt que tu finisses ta fiche vilain garnement va Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Patterson


avatar


Messages : 411
Date d'inscription : 06/07/2011
Age : 29
Localisation : Poudlard

MessageSujet: Re: Licinus Avery   Jeu 25 Aoû - 11:36

Bon alors il m'a fallu... toute la matinée pour lire ta fiche tellement elle est longue.

Quand on voit la longueur qu'elle fait on comprends mieux pourquoi tu as mis autant de temps à la faire ^^

Je suis d'accord avec Ivy ça valait le coup d'attendre autant elle est vraiment très bien donc pas de soucis je te valide.

J'espère qu'à l'avenir on attendra pas autant de temps la réponse à tes rps ^^

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Door

Maître du Jeu

avatar


Messages : 88
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Licinus Avery   Jeu 25 Aoû - 11:39


BIENVENUE
LICINUS AVERY




J'ai le plaisir de t'annoncer que tu es validé et que tu viens d'être ajouté au groupe Mangemort.
Si ce groupe ne te convient pas merci de le signaler à la suite.

Tu peux désormais aller rp, mais avant je vais te donner quelques liens utiles pour t'aider à commencer dans le jeu :
♦ Tu peux poster une fiche de demande de lien ICI. Tu peux également aller poster dans les sujets des autres membres pour leur demander des liens.
♦ Tu peux également poster une fiche de rp ICI afin que les autres membres puissent te demander des rp et voit où tu en es de tes rp. N'hésite pas également à demander des rp aux autres membres.
♦ Si tu as des demandes particulières par rapport à ton rang ou autre, n'hésite pas à le faire ICI.

Si tu as le moindre problème ou même simplement des questions n'hésite pas à contacter le Staff.

Enfin pour t'aider à t'intégrer nous te conseillons d'aller faire un tour sur la chat box ou dans la partie flood ( située tout en bas du forum si tu ne l'as pas encore trouvée ).

Bon jeu à toi!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://behind-the-door.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Licinus Avery   

Revenir en haut Aller en bas
 

Licinus Avery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Luna Avery (en cour)
» Where is my mind ( Finn Avery )
» TEX AVERY, TOONS ET COMPAGNIE...
» [Finie]Présentation d'Avery Blackson | Validée
» Descendants des grandes familles sorcières
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind the door :: 
Avant le grand saut
 :: Registres :: Registres Validés
-